BIENVENUE A

L'UNION DEPARTEMENTALE CFTC DU MORBIHAN

 

Logo informer

 

 

Le mot du PrésidentRichard cocq 1

Cette année s'ouvre sur de nouvelles perspectives.

Après une fin d'année 2018 maussade, une légère baisse aux élections et un pays en proie à un mouvement social majeur, notre Union Départementale rassemble ses forces pour faire que 2019 soit plus riche et meilleure.

Ce sera l'année des congrès pour nous, celui du syndicat des territoriaux, celui du département puis notre congrès confédéral. Notre participation sera active et enthousiaste pour que notre syndicat réformiste reste une force de proposition sur laquelle il faut compter.

Cette année sera aussi celle des jeunes vers qui nous comptons orienter nos efforts, au niveau du Morbihan comme dans toute la Bretagne. Ces jeunes trop souvent oubliés qui sont pourtant l'avenir de notre pays comme de notre mouvement.

C'est pourquoi je vous propose de vous mobiliser avec moi pour la CFTC d'aujourd'hui et de demain.

Richard Cocq
Président de l'UD 56

Bouee de sauvetage corde marine decoration maison

 

J adhere cftc

N'attendez pas d'avoir un problème avec votre employeur, votre directeur ou avec un organisme social pour venir nous voir.

 

Dans une carrière, il faut savoir être prévoyant et ne rien laisser au hasard.

 

Chaque semaine, nous recevons des salariés ou des agents qui se retrouvent sans ressource pour se défendre. Souvent, la situation est très détériorée et les délais très avancés pour pouvoir faire valoir ses droits. Nous répondons toujours présent, mais souvent, la personne s'apperçoit de tout ce qu'elle aurait pu faire en amont, bien avant d'être dans une situation compliquée. Être là en amont, c'est aussi notre travail. Vous répondre sur vos droits, sur vos réglements intérieurs, sur vos conventions collectives. Vous conseiller avant que le pire n'arrive. C'est pour ça qu'un salarié adhérent, un agent militant de la CFTC, auront toujours un avantage sur ceux qui ont préféré ne pas adhérer.

La CFTC est là pour vous. Appelez-nous ! 

Tant qu'à risquer de se noyer, autant avoir sa bouée avec soi avant de tomber à l'eau.

 

Union départementale CFTC du Morbihan:

1, place des Anciens Combattants en Afrique du Nord

56000 VANNES

 

02 97 54 06 85

 


 

Quel travail pour une transition écologique solidaire ? Ce sera le thème porté par un colloque international, organisé les 20, 21 et 22 mai, par la CFTC, le CERAS (Centre de recherche et d'action sociales) et l'Organisation internationale du travail.

Les défis environnementaux (climat, pollution, biodiversité, etc.) et sociaux (inégalités, burn-outs, responsabilité sociale des entreprises, etc.) sont d’une actualité brûlante, en particulier lorsqu’il s’agit du travail, salarié ou non. Le colloque international « Quel travail pour une transition écologique solidaire ?« , fruit d’une recherche-action de deux ans, sera l’occasion de confronter opinions, points de vue, analyses et positions sur la question du travail décent dans la transition écologique (source).

Nuage burnout 01 773x435

BURN-OUT, pas encore une maladie pour l'OMS

De nombreux médias et sites (de syndicats notamment) ont annoncé la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle par l'OMS.

C'est faux, hélas. Mais, il y a cependant des avancées notables.

Si le burn-out, un concept souvent traduit par « épuisement professionnel », est effectivement mis en corrélation avec le travail, il avait fait son entrée dans sa Classification internationale des maladies depuis quelques temps déjà.

Alors, qu'est ce qui a changé ?

Jusqu'ici, ce syndrome était classé sous le chapitre « Facteurs influençant l'état de santé » mais comme un facteur de la santé. C'est ce qui avait permit à la ministre du travail, Muriel Pénicaud de dire que le burn-out, au même titre que la dépression, n'avait pas à être reconnu comme maladie professionnelle car n'étant pas uniquement lié au milieu professionnel, «à 100%».

Aujourd'hui, le burn-out est reconnu comme une entité à part entière:

« L'inclusion dans ce chapitre signifie précisément que le burn-out n'est pas conceptualisé comme une condition médicale mais plutôt comme un phénomène lié au travail ».

C'est un syndrome résultant d'un stress chronique au travail

Le burn-out est décrit comme « un syndrome (...) résultant d'un stress chronique au travail qui n'a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments : « un sentiment d'épuisement », « du cynisme ou des sentiments négativistes liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite ».

Le burn-out lié exclusivement au contexte professionnel.

Pourquoi est-ce une avancée ?

En disant cela, le registre de l'OMS précise que le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d'autres domaines de la vie ».

Or, en donnant ce nouveau statut au syndrome d'épuisement professionnel, on engage un processus déjà suivi par d'autres maladie, par exemple la fibromyalgie fut considérée de cette façon avant d'être reconnue comme maladie.

Lorsque ce sera le cas pour le burn-out, par sa caractérisation liée au travail, il deviendra automatiquement maladie professionnelle et ainsi, permettra la prise en charge de ses suites.<<<

Pour aller plus loin:
https://www.futura-sciences.com/…/medecine-burn-out-nest-f…/
https://www.lemonde.fr/…/le-burn-out-reconnu-comme-maladie-…
https://icd.who.int/browse11/l-m/en…

56189961 385628242271509 3963326667480367104 n

L'UR CFTC ET LE GRAND DEBAT SUR LA SANTE (Michel Rollo)

Le 18 septembre 2018, le Président de la République annonçait une stratégie de transformation du système de santé s'articulant sur 3 principes :
• la qualité des prises en charge, en plaçant l'usager au centre du dispositif ;
• une structure de l'offre en renforçant l'accès aux soins par un maillage territorial de proximité
• des métiers et des modes d’exercice repensés.

Or lors de l'ouverture du grand débat les questions de santé n'en faisaient pas partie. Les citoyens s'en sont emparés et c'est avec plaisir que la CFTC participe à celui organisé par la CRSA.

Pour la CFTC notre système de santé a besoin d'être revu et corrigé. D'abord il est important que la collecte de solidarité qui finance notre Sécurité Sociale au sens large soit bien fléchée et uniquement réinvestie dans le financement du système de santé pour la part qui lui revient.

Il n’est en effet plus acceptable que la succession, année après année, de budgets contraints assène des déficits hospitaliers se rapprochant annuellement du milliard d’euros. Ce n’est pas en réduisant et en démultipliant les coupes budgétaires que l’hôpital améliorera la qualité des soins, quand ceux-ci de leur côté doivent par ailleurs assumer la désertification médicale, l’évolution des coûts, et l’engorgement des urgences sur beaucoup de nos territoires. Faire de l’ambulatoire à tout va devient une industrie de la chasse aux quotas de lits libérés au détriment des pathologies de patients de plus en plus livrés à eux-mêmes et à des Rendez Vous reportés , susceptibles de mettre leur vie en danger.

De tous côtés que ce soit les usagers, patients, bénéficiaires, ou les professionnels de santé, directeurs de structure de soins ou d'hébergement de personnes âgées, et même le gouvernement si en on croit les déclarations rappelées plus haut, les charges de travail des professionnels sont dénoncées. Certes pas forcément pour les mêmes raisons, cependant nous devons prendre soin des professionnels pour qu'ils prennent soin des usagers.

Lire la suite

Aucun élément à afficher